Hitomi Soga lance sa nouvelle campagne de signatures

Hitomi Soga
Crédit : NHK World

Mme Hitomi Soga, elle-même ancienne victime d’enlèvement par des agents nord-coréens, est la figure la plus médiatique du Mouvement pour le retour de Corée du Nord des victimes d’enlèvements. Après une année de pause forcée en raison de la crise sanitaire, elle reprend ses activités.

La vingtaine de kidnappings remonte à plus de 40 ans. Le dossier des retours n’avance plus guère depuis une quinzaine d’années… mais reste étonnement brûlant. Dans l’espace médiatique japonais, c’est le pendant du dossier des « femmes de réconforts », qui remonte … à la Deuxième Guerre mondiale. Étrangement, dans ce tableau mémoriel figé, la guerre de Corée (1950-1953), qui a consacré la partition de la péninsule coréenne et permis le décollage économique de l’archipel nippon, n’apparaît pas.

Pour un récapitulatif sur le contentieux entre Tokyo et Pyongyang au sujet des enlèvements, je vous conseille la lecture de l’article du Monde « Vies volées entre Japon et Corée » de Philippe Pons de 2007. Une autre « vie volée », celle de Megumi Yokota, a été relatée par Arnaud Vaulerin dans un article de Libération de 2009 intitulé « Japon. Disparue de la guerre froide ».

Bonne lecture !

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.